Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Lavallette entr’ouvrit la bouche. Il avait grande envie de répondre à l’amiral que la Muiron était mauvaise marcheuse et peu capable de mettre à profit l’avance qu’on lui donnerait. Il eut peur de déplaire : il avala son inquiétude. Mais Bonaparte lut dans sa pensée. Et, le tirant par un bouton de son habit :

— Lavallette, vous êtes un honnête homme, lui dit-il, mais vous ne serez jamais un bon militaire. Vous ne regardez pas assez vos avantages et vous vous attachez à des inconvénients irréparables. Il n’est pas en notre pouvoir de rendre cette frégate excellente pour la course. Mais il faut considérer l’équipage, animé des meilleurs sentiments et capable d’accomplir au besoin des prodiges. Vous oubliez qu’elle se nomme la Muiron. C’est moi-même qui l’ai nommée ainsi. J’étais à Venise. Invité à baptiser une frégate qu’on venait d’armer, je saisis cette occasion d’illustrer une mémoire qui m’était chère, celle de mon aide de camp, tombé sur le pont d’Arcole en couvrant de son corps son général, sur qui