Page:Anatole France - Nos enfants.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



FANCHON SAUTE DU LIT TOUT EN CHEMISE ; ELLE OUVRE LA FENÊTRE ET VOIT DANS LE JARDIN FLEURI DE ROSES, DE GÉRANIUMS ET DE LISERONS, SES PETITS OISEAUX, SES PETITS MUSICIENS DE LA VEILLE QUI, RANGÉS SUR LA BARRIÈRE DU COURTIL, LUI DONNENT L’AUBADE POUR PRIX D’UNE MIETTE DE PAIN.