Page:Anatole France - Nos enfants.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



L’ÉCOLE


Je proclame l’école de Mademoiselle Genseigne la meilleure école de filles qu’il y ait au monde. Je déclare mécréants et médisants ceux qui croiront et diront le contraire. Toutes les élèves de Mademoiselle Genseigne sont sages et appliquées, et il n’y a rien de si plaisant à voir que leurs petites personnes immobiles et leurs têtes toutes droites. On dirait autant de petites bouteilles dans lesquelles Mademoiselle Genseigne verse de la science.

Anatole France - Nos enfants - p30.jpg

Mademoiselle Genseigne est assise toute droite dans sa haute chaire. Elle est grave et douce ; ses bandeaux plats et sa pèlerine noire inspirent le respect et la sympathie.

Mademoiselle Genseigne, qui est très savante, apprend le calcul à ses petites élèves. Elle dit à Rose Benoît :

« Rose Benoît, si de douze je retiens quatre, combien me reste-t-il ?

— Quatre ! » répond Rose Benoît.

Mademoiselle Genseigne n’est pas satisfaite de cette réponse.

« Et vous, Emmeline Capel, si de douze je retiens quatre, combien me reste-t-il ?