Page:Anatole France - Rabelais, Calmann-Lévy, 1928.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


deux jeunes princes se rendraient avec Ponocrates à Paris pour profiter des avantages que trouvent dans cette ville ceux qui veulent étudier.

Pendant le voyage, Gargantua redevint le géant très horrifique de la légende. Il monta une jument de Numidie qui avait une queue si longue, qu’en quelques coups elle abattait une forêt. La Beauce était alors couverte de bois. La jument de Gargantua s’y émoucha, et la Beauce devint aussitôt la plaine nue que nous connaissons.

Gargantua, selon notre auteur, visita la ville et fut vu de tout le monde en grande admiration. Car le peuple de Paris est tant sot, tant badaud et tant inepte de nature, qu’un bateleur, un porteur de rogatons, un mulet avec ses cymbales, un vielleux au milieu d’un carrefour assemblera plus de gens que ne ferait un bon prêcheur évangélique.

Gargantua s’assit sur les tours de Notre-Dame. Là, considérant les grosses cloches, il les fit sonner bien harmonieusement. Ce que faisant, il lui vint en pensée qu’elles serviraient bien de clochettes au cou de sa jument. Et il les emporta dans son logis. Les Parisiens, émus de la perte de leurs cloches, s’assemblèrent au pied de la tour de Nesle et, après avoir délibéré en grand tumulte, décidèrent d’envoyer le plus ancien et le plus vénéré maître de la Faculté, Janotus de Bragmardo, pour les réclamer.

Maître Janotus se rendit, précédé de trois