Page:Andre Suares Voyage du Condottiere Vers Venise, 1910.djvu/167

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



xxvi

ENTRÉE À VENISE


Nuit de Juin.
This is Venice…
Shakespeare.



Ah ! ne luis plus, Venise !

Venise désirée, quelle amoureuse tu dois être, pour te cacher ainsi sous les voiles de soie et de vapeur légère, pour mettre ainsi en passion l’homme qui te poursuit. Tu le fais haleter d’impatience. Tu irrites son envie jusqu'à la peur de ne plus le trouver. Es-tu si sûre de tes caresses ? L’es-tu de combler l’ardeur que les promesses de ta beauté enivrent ? et ne crains-tu pas de décevoir une si longue convoitise ?

On arrive à Venise comme, après tous les méandres de l’insomnie, on finit par descendre sur la plage d’un songe.

On vole vers Venise comme à un rendez-vous d’amour. La