Page:Angellier - Le Chemin des saisons, 1903.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


LA FUITE DE L’HIVER.

Sentant le vent tiède proche, L'Hiver, que la peur harcèle. Lance la dernière grêle Qui reste dans sa sacoche.

Il a vidé la besace Où, lorsqu’il vient de Norvège, Il met ses flocons de neige Et ses pendillons de glace.

Mais les poches pendent flasques , Il en tire, mal gelées. Des débris de giboulées Dans des restes de bourrasques.