Page:Annales de la société Jean-Jacques Rousseau, tome 5.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
6
ANNALES DE LA SOCIÉTÉ J. J. ROUSSEAU

vaise et c’est Rousseau lui-même qui le répète avec obstination : à son imprimeur tout d’abord ; les dernières feuilles de la première partie sont « pleines de fautes grossières[1] » ; les bonnes feuilles sont semées de fautes énormes, dont plusieurs font des contre-sens « qui le désolent[2] ». À son libraire et à ses amis ensuite ; la première édition « a grand besoin de corrections[3] » Il souhaiterait « une édition moins pleine de contre-sens et de fautes[4]. » Les amis le savent et le répètent. Dès février 1761 « on parle d’une troisième édition de Julie, faite sur celle d’Amsterdam, corrigée de ses fautes et contre-sens[5]. » À ce mal on remédiera par des Errata : un premier Errata très court qui paraît en tête de l’édition de Rey. Puis un deuxième imprimé séparément, au plus tôt en janvier 1761[6], sur quatre pages, et qui indique soixante et onze corrections, dont treize corrections de style. Malheureusement l’Errata est insuffisant. Il est, nous dit Rousseau lui-même, en 1764, « très défectueux[7]. » L’édition de Rey présente en effet des fautes typographiques aussi grossières que nombreuses.

  1. Bosscha. p. 106.
  2. Ibid. pp. 108-109.
  3. Œuvres complètes. Ed. Hachette. X, p. 246.
  4. Ibid. X. p. 256.
  5. Lettre inédite de Dangirard (22 février) à la Bib. de Neuchâtel.
  6. Donc après l’envoi des exemplaires à Robin (cf. infra l’histoire de la 1re édition.) Ce n’est pas la seule fois où Rousseau ait ainsi demandé un Errata en carton ou même après le dépôt chez les libraires. Il prie Rey, à propos des Lettres de la Montagne, d’expédier un errata, carton ou modèle, à ceux qu’il aura chargés du débit de l’ouvrage (Bosscha. p. 239.) Pour la date d’impression de l’errata, cf. une lettre de Rey à Rousseau à la Bibliothèque de Neuchâtel, sans date, mais postérieure au départ de Rey de Paris (janvier 1761) : « L’Errata se travaillera la semaine prochaine. »
  7. Œuvres. t. XI, p. 178.