Page:Annales de pomologie belge et étrangère - 2.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 108 —

Nous citerons entre autres :

Le Bon-Chrétien de Rance, nommé en France : Beurré de Noirchain.
Le Beurré-Diet, » Beurré magnifique, royal, incomparable, etc.
L’Urbaniste, » Beurré Picquery.
Le Beurré d’Amanlis » Poire Delbert ou d’Albert, poire Kaissoise.
Le Beurré Scheidweiler, » Gros sucré.
La Marie-Louise Van Mons, » Marie-Louise Delcourt.
Le Passe-Colmar. » Souverain d’hiver, Pucelle condésienne.

La variété de framboise qui est le sujet de cet article, et dont une digression nous a quelque peu éloigné, est cotée, dans certains catalogues français, à un prix très-élevé. D’autres, au contraire, l’offrent à un prix inférieur au prix remunérateur ; ce qui tient très-probablement à ce qu’ils confondent cette variété à gros fruit avec la variété commune, connue sous le nom de Framboisier des quatre saisons à fruit rouge.

Les Français donnent le Framboisier des quatre saisons à gros fruit pour une variété de toute première qualité ; les Anglais, au contraire, ne l’estiment pas beaucoup, et ne le cultivent que parce que le fruit est beau, fertile et très-remontant. Cette divergence d’appréciation provient, sans doute, de ce que cette variété, qui a besoin de chaleur pour mûrir sa récolte d’automne, en a assez en France et trop peu en Angleterre, où les brouillards de la fin de l’été paralysent les effets des rayons solaires. Cette variété ne laisse à désirer en Belgique que pendant les automnes pluvieux ; c’est dire qu’elle y est ordinairement bonne, surtout quand elle est placée en plein soleil. Depuis le 15 août, époque où elle commence à donner sa seconde récolte, jusque vers la mi-septembre, elle produit des fruits gros, succulents et très-abondants ; plus tard, ils diminuent de volume, de parfum et de saveur, sans être toutefois moins abondants. Ils donnent ainsi jusqu’aux premières gelées ; nous en avons cueilli cette année vers la fin de novembre.

L’arbuste est très-vigoureux. Les branches sont cylindriques, à épiderme rougeâtre, à aiguillons courts et très-espacés. Les feuilles, ternées au sommet des rameaux, sont à cinq folioles à leur base ; elles sont arrondies, acuminées, gaufrées, d’un vert-foncé en dessus, tomenteuses en dessous. Les grappes à fruits sont terminales ; elles se composent de dix à quinze fruits de couleur rouge, qui se succèdent depuis août jusqu’aux gelées.

Cette variété est parfaitement remontante ; mais elle effrite beaucoup la terre, et, pour que sa culture soit profitable et durable, elle a besoin d’être fumée chaque année et rigoureusement taillée à la fin de février. Nous avons indiqué, à la page 7 du premier volume de ces Annales, la culture du Framboisier en général.

L. de Bavay.