Page:Annales du Musée Guimet, tome 22.djvu/375

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SIROZA 1. — APPENDICE 321

à l’impuissance par le seul juste, riche en bonnes pensées, riche en bonnes paroles, riche en bonnes actions. C’est surtout par leur secours que Tîshtar prend l’eau’" ; et c’est le Juste aussi qui fait la résurrection et la vie future : à savoir Sôshyàns, le victorieux. Vil. Ameretât, Amûrdat.

36. Sont auxiliaires d’Amûrdat les innombrables plantes"-. Ici-bas les plantes lui appartiennent. C’est lui qui fait pousser les plantes et croître les troupeaux de bétail, car toutes les créatures mangent et vivent de lui ; et au Renouveau du monde, c’est d’Amûrdat que l’on fait l’élixir d’immortalité {anôsh). Oui réjouit les plantes ou les afflige, réjouit Amûrdat ou l’afflige.

11 a pour auxiliaires Bas/m, Ashtdt ei Zamydt. 37. ^csA ?2 (Rashnu) est le Génie de la droiture {rdslih)^*^, car c’est grâce au Génie de la droiture que pour le bien du monde matériel on fait périr les démons’" et les malfaiteurs et que l’on fait pour les âmes des justes le compte du bien et du mal ; ainsi qu’il est dit : « Quand le juge rend un jugement inique et que Rashn là-bas ne le voit pas, Srôsh le saint se )ai

[ içarzcl) et dit : Le monde en est devenu étroit pour moi, parce que la justice n’y habite pas. »

38. Asktât (Arshtàt)’* est le guide des èti-es célestes et terrestres. 39. Znmydl est le Génie de la terre ’^' ainsi qu’il est dit : Ces trois êtres se tiennent debout au pont Cînvâr : Rashn qui compte les âmes, Ashiàt et Zamyât qui font passer les âmes à la balance"", Pàrend, pleine de Gloire, 141. Il doit y avoir une lacune au commencemonl. •142. Voir Yt. Vlil, 34.

143. Voir Yt. XII.

144. sCih dâm rdi mnrancnuhid (ms. 2) : le ms. 1 a Id : « que les démons et les malfaiteurs ne fout pas périr le monde... », en étant empéciiés par le justicier. 145. Voir Yt. XVIII.

146. Voir Yt. XIX.

147. La balance de Ilashnu : cf. Mhwkluird, W, 120. Il scmlilc que Ashtfit et Zamyàt sont ici comptés pour un seul.

T. II. 41