Page:Annales du Musée Guimet, tome 22.djvu/386

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
332
ANNALES DU MUSÉE GUIMET

332 ANNALES DU MUSEE GUIMET

Tous les Yashts sout précédés et suivis de formules uniformes, donl le corps est le même pour tous et qui ne diffèrent que par le nom de l’Ized auquel le Yasht est consacré.

La formule initiale que nous donnons au complet pour le Yasht 1, se compose de deux parties :

I. Une introduction en pazend (0. «), comprenant trois parties : 1" Une invocation d’Ormazd ;

2° Un appel adressé cala Divinité spéciale du Yasht, afin qu’elle se rende auprès de son adorateur ;

3° Une formule de pénitence.

De ces trois formules, la seconde représente l’élément spécial et variable.

H. Une introduction en zend (0. b), comprenant cinq parties : 1" Une formule bénissant Ahura Mazda et maudissant Aiigra Mainyu ; 2" La profession de foi active du Frastuyê (Yasna XI, 17-18), terminant avec « la louange de l’Asha » (Staomî ashem, ashem vohû) ; 3" La profession de foi mazdéenne ou Fravarânê (Yasna XI, 16). 4° Le Khshnaothra de la Divinité spéciale du Yashl. 5° Le Yathà ahû vairyô, sous la forme dialoguée (vol. 1. p. 67). De ces cinq formules, la quatrième représente l’élément spécial et variable.

La formule finale que l’on trouvera au complet à la fin du Yf. III (§ !^ 17- 18) — elle est mutilée dans le Y’asht I et n’est pas assez claire dans le Yasht II, à cause du caractère composite de ce Yasht — se compose de deux parties. La première partie annonce le sacrifice offert à la Divinité spéciale du Yashl (Yt. III, 17) ; c’est le ahê raya (Yasna LVII, 3) suivi de la formule liturgique par excellence, le Yêiihê hâtâm. L’autre partie annonce les faveurs demandées en retour à la Divinité el reproduit les formules qui terminent le Yasna : elles font ainsi du Yashl un Yasna en raccourci, ce qu’il est en réalité, étant un Ynsnu spécial à tel génie. Nos secours pour traduire ce Yashl sont, pour les §§ 1-23, la traduction pehlvie el parsie publiée par M. Cari Salemann d’après un manuscrit de