Page:Annales du Musée Guimet, tome 22.djvu/778

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


724 ANNALES DU MUSEE GUIMET

1. AFRINGAN DAHMAN

Cette prière est désignée dans l’Avesta même sous le nom de dahma âfritish qui s"oppose à dâmôish upamana, celui-ci étant « lamalédiclion du sage*, l’autre, la « bénédiction juste », c’est-à-dire « la bénédiction du juste ». Dahma est proprement l’opposé detanuperetha, (c l’homme qui est en état de péché » : c’est l’homme en état de grâce, en étal de salut. Personnifiée, elle est devenue le nom d’un Génie, Dahmdn Afrin : c’est le Génie qui fait que quand un juste prononce un bon souhait, le bien souhaité arrive-.

Le texte de la Dahma âfriti proprement dite (§§ 2-7) est identique au Yasna LX, 2-7 (traduit en pehlvi et en sanscrit). 11 y a de YAçirvâd une traduction sanscrite (fonds Burnouf, Y, 101-100 ; publiée dans les Etudes iraniennes, II, 329-330).

■1. Yath ;" ; aLù vairyô [2 fois).

Ashcm vohù (5 fois).

Fravarànè. Je me déclare adorateur de Mazda, disciple de Zarathushtra, ennemi des Daêvas, sectateur de la loi d’Ahura ; en sacrifice, prière, réjouissance et glorification.

Khshnaothra. Réjouissance à la bonne Bénédiction du juste et à la redoutable Imprécation du sage !

Yathâ ahû vairyô. Le Bâspi : Le désir du Seigneur, etc.. Le Hàspi met de YEsm bon sur le feu.

2’. Le Zct seul : Puissent venir dans cette demeure les plaisirs, les faveurs, les dons, les bons accueils faits aux justes ! Puissent s’élever dans cette maison Sainteté et Souveraineté, Fortune, Gloire et Bien-Ètre, et longue suprématie dans cette religion d’Ahura, de Zarathushtra ! 3. Que ne périsse point dans celle maison le troupeau ! Que n’y périsse point la 1. Vol. I, 17, nolcGl.

2. Voir plus haut, p. 317.

1. .§§ 2-7 = Yasna IjX, 2-7 : voir là le commentaire.