Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/140

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
120
brun de la montaigne

Et quant li chevaliers le vit si aprechier,
Il a brochiet ausi son auferrant coursier,
Et puis li commança en haut a escrïer :
3475« Escuiers, rendés vous sans point de delaier,
« Ou vous vous verrés mort errant sans atargier.
« Onques mais ne vous vint plus mortel encombrier. »

CXCVII[1]

Quant Brun de la Montaigne ot oy le vassal,
Il enbraça l’escu et s’a point le cheval,
3480Et s’a brandi la lance au panon de cendal,
Et s[i] ala encontre le hydeus desloial ;
Mais Bruns fu contremont et cil fu contreval,
Si qu’au baissier la lance il l’ataint ou poitral,
Si ert le cheval mort de la lance roial.
3485Li chevaliers cheï, c’onques n’i ot portal ;
Et Bruns li escria par rielle general :
(v°)« Biau sire chevaliers, vous avés parigal :
« Il vous venist trop miex que fussiés a l’ostal. »

CXCVIII[2]

Quant li chevaliers fu a la terre cheüs,
3490Bruns de la Montaigne est du cheval descendus,
Et dit au chevalier qu’il se relevast sus,
Pour ce que ses chevaus estoit mors abatus.
Il estoit si iriés c’onques hom ne fu plus.
Adont ont embrachiet anbedeus les escus,
3495Et puis si ont sachiet les brans d’acier moulus ;
Grans cops se sont feru sur les hyaumes agus ;
Li chevaliers hydeus si fu tous esperdus
Quant il senti que Bruns marteloit sur lui plus
Que févres de martel quant bien est esmoulus ;
3500Et tant qu’il li trencha l’un de ses bras tout jus.

  1. — 3479. Il l’e.
  2. — 3494. enbedeus. — 3500. tous.