Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
7
brun de la montaigne

« Parmi ceste forest ou tu es maintenant ?
165— Sire, » dit li varlès, « je vous jure et creant
« Que par la foy que doy au dous roy tout poissant
« Je vieng du haut païs ou regnent li persant,
« Ou un mesage ai fait por mon seigneur vaillant
(v°)« Qui en une dame a engendré .j. enfant :
170« Nus hons ne vit plus bel en trestout son vivant ;
« Or le veut envoier a la Roche dormant,
« Si qu’il m’a envoié en haste chevauchant
« Querre ses chevaliers por avoir conseil grant,
« Car il en a besoing en tant qu’a maintenant ;
175« Por quoy je vous supli de cuer en soupirant
« Que vous aiés merci d’un povre peneant,
« Car, en l’ame de moy, je n’ai rien plus vaillant. »

XI

Si tost que li murdriers vit le mès doulousser,
Qui detordoit ses poins et prenoit a plorer
180Si li a dit : « Amis, veilles toy conforter,
« Ja n’avras mal pour nous, mais veillez nous conter
« Le non de ton seigneur, je le te veil rouver.
— Sire, » dit li varlès, « ja ne le quier celer,
« Nus ne doit son seigneur resoignier a nommer.
185— C’est voirs, » dit li murdriers, « veilles toy delivrer,
« Et soies touz certains, nous t’en lairons aler,
« Et espoir aras tu .j. cheval por monter,
« Car puis que c’est besoins, amis, tu n’as qu’ester.
— Sire, vous dites voir, bien puis trop demourer, »
190Respondi li varlès, « je m’en veil delivrer :
« Il est nommés Butor, qui moult fait a douter,
« Et si a la Montaigne et la terre a garder. »
Quant li murdrier l’entent, lui prist a esgarder,
Et sembla de son vis qu’il deüst enflamber,
195Dont li cuers de son ventre en prist a sauteler.
(f° 7)De la joie qu’il ot couleur prist a muer,
Et a dit au varlet : « Toy voudroie sauver