Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
9
brun de la montaigne

« J’ai en mon propre non .j. non de faarie :
230« J’ai a non Morgadas, [si] fui nez en Tarsie,
« Si sui cousins germains ton mestre, je t’afie.
« Or t’en va chevauchant par la forest antie,
« Et si fai ton mesage et ne demeure mie,
« Et je remanrai ci en ceste compaignie,
235« Car mes cuers est tornez a mener male vie ;
« Salue moy Butor et sa chevalerie.
— Sire, » dit li varlès, « c’est droit que je li die,
« Car onques mès nulz hons ne fist tel cortoisie
« A povre mesagier, dont mes cuers vous mercie. »
240Li varlès est montez ou destrier de Surie,
Des esperons le point, et ne l’espargna mie,
Si laissa Morgadas en la forest fueillie.
Huimès orrés chançon bone et bien agencie,
Car a l’onneur d’amours la matiére est traitie ;
245Si lerra des murdriers, n’est drois que plus en die,
Qui ont fait au varlet d’un bon destrier aïe.

XIV

(f° 8)Or s’en va li varlez, que plus n’a atendu,
Qui fiert des esperons le bon cheval grenu
Tout parmi la forest, qu’il n’i a atendu.
250Tant a esperonné que bien a perceü
Les tours et les clochiers, que bien a conneü
Que c’est li lieus Butor, son mestre, le cremu.
Il chevaucha si fort et par telle vertu
Que nus oisiaus volans, tant l’ait vent esmeü,
255Ne l’atainsist jamais, qu’il ne l’eüst perdu
Si eüst aresté a .j. petit festu,
Tant avoit du varlet les esperons sentu.
Li varlès ist du bois droit en .j. pré herbu,
Et regarda aval vers un arbre ramu,

    — 246. Miniature précédée de cette rubrique : Comment Butor manda a ses barons par un messagier qu’ils venissent a lui.