Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/39

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
19
brun de la montaigne

(v°)« A plus noble seigneur jamais nous n’avandrons.
« Or soit au plaissir Dieu et ses gloriex nons. »

XXIX[1]

Or s’en vont tout emsemble [et] parlant .ij. et .ij. ;
535Butors aloit devant, li chevaliers crueus,
Qui por l’amour son fil estoit liez et joiex,
Qui estoit biaus et gens et en tout gracïex,
Car il avoit espoir qu’il fust bieneüreux,
Et por ce estoit il tout adès desireus
540Que ses filz fust portés ens ou lieu deliteus
Ou li repairs estoit des fées amoureus
Afin que li sien filz en fust plus engingnex,
Plus hardis plus poisans et en tout coragex
Por achever les fais des griés guerres mortiex,
545Et sans de vilain visce estre point couvoiteus.
Ainsi pensoit Butors a par lui trestous seus.
Si dissoient entr’aus aucun maleüreus
Que leur sires estoit trestout frenessïeus,
Et li autre dissoit qu’il estoit orguilleus
550Por ce qu’il ne parloit trop plus souvent a eus,
Et li tiers redissoit qu’il estoit outrageus.
Ainsi jusqu’au chastel s’en vont sans faire deus,
Si entrérent dedens sans nul pas perilleus.

XXX

Quant Butor fu venus tout droit a la Montaigne,
555Dedens la chambre entra ou trova sa compaigne
Qui li fist biau semblant et non pas trop estrange ;
Car mout estoit malade, c’est bien drois qu’il la plaigne,
Et il le fist de cuer et non pas par engaigne,
(f° 14)Et li dit : « Belle suer, n’est drois que je me faigne,
560« D’acomplir vo vouloir est drois que je m’empaigne,

  1. — 540. repaires. — 548. leurs.