Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/93

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
73
brun de la montaigne

Ou la dame trouva qu’il amoit loiaument ;
Cent foys la mercïa de ce noble present.
La dame prist la lance et a sa main li tent,
2110Et Butor la saissi moult amoureussement,
Et puis s’en est tournés sans nul arestement.

CXX[1]

Si tost qu’il vint as rans chascuns l’ala doutant,
Car il venoit ou poing la lance paumoiant,
Et si estoit montés sur .j. cheval moult grant
2115Qui valoit bien cent foys de fin or son pesant.
Mais le premier qu’il vit ala si consuivant
Qu’en mi de la vissiére, ou hïaume devant,
Que desus le rochet il ala enportant
Le hiaume entiérement, et jus de l’auferrant
2120Il l’abati tout quoy en mi le liens gissant.
Dont cria li hyraus a[u] viellart tout errant,
Mais Butor s’en ala au hourdis maintenant,
Sa fame presanta le cheval en rïant
Et le hyaume aussi a la lance pendant.
2125(f° 46)Quant la dame le vit s’en ot le cuer joiant,
Et dit : « Sire Butor, pour Dieu venés avant ;
« Soies avecques nous, n’en faites huimais tant ! »
Quant Butor l’entendi s’en ot le cuer dolant,
Et si dit : « Cuidiés vous que je voisse dormant ?
2130« Mieus ameroie avoir perdu mon auferrant. »
Dont retourna Butor et s’en rala courant,
Et quant il vint as rans si a trouvé Bruiant,
Qui ne se pot aidier, en mi le champ gissant,
Si qu’il le convint metre es hourdis maintenant,
2135Car il ne se povoit soustenir en estant
Pour le coup que Butor li donna si pesant,
Dont il en mourut puis maint homme souffisant,
Ainsi com vous orrés ci après ou roumant,

    — 2108. presant. — 2109. tant.

  1. — 2117. Suppr. Qu’ ?