Page:Anonyme - Courte esquisse des livres de la Bible.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



JOB.

La possibilité des relations d’un homme avec Dieu, dans le grand débat, relatif au bien et au mal, entre Dieu et la puissance des ténèbres ; et cela rattaché à la discipline des saints, en contraste avec le prétendu juste jugement du monde par Dieu, actuellement ; la nécessité d’un Médiateur est indiquée, mais non développée ; la puissance de Satan sur le monde est révélée, ainsi que son caractère d’accusateur des frères. Dieu se montre comme la source de tout (non pas pourtant des accusations elles-mêmes, je n’ai pas besoin de le dire, mais de toute l’affaire), dans le but de bénir les siens ; l’ensemble de ce drame est sans aucun rapport avec les économies, seulement la conscience de ceux que Dieu bénit est sondée à fond. Élihu nous présente la sagesse de Dieu dans sa Parole (Christ, en réalité) ; puis vous avez la puissance de Dieu (Christ encore), quand Dieu répond à Job du milieu d’un tourbillon. Ce livre peut être regardé comme typique d’Israël, attendu que c’est en Israël que ces voies de Dieu sont manifestées.


LES PSAUMES.

L’Esprit de Christ opérant et se développant dans le résidu d’Israël aux derniers jours ; Il signale, en outre, la part que Christ y a prise personnellement, soit en posant le fondement pour eux, soit en sympathisant