Page:Anonyme - Courte esquisse des livres de la Bible.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chant ne le touche pas. Enfin, il y a une distinction absolue entre les chrétiens et le monde. « Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier gît dans le mal. » De plus, nous connaissons Celui qui est le véritable, et nous sommes dans le véritable, savoir dans son Fils Jésus-Christ ; il est le Dieu véritable et la vie éternelle.


LA DEUXIÈME ÉPÎTRE DE JEAN

insiste sur trois points : que l’amour doit être gouverné par la vérité ; quiconque ne demeure pas dans la doctrine de Christ n’a pas Dieu, et que celui qui apporte une doctrine, contraire à Christ, ne doit pas être reçu dans la maison, ni même salué. Une femme chrétienne était compétente pour cela.

La doctrine d’une récompense pour l’ouvrier en conséquence de la persévérance de ceux qui sont le fruit de son travail, est exposée au verset 8 de cette épître, tout comme au verset 28 du IIme chapitre de la première épître.


LA TROISIÈME ÉPÎTRE DE JEAN,

en revanche, insiste sur le devoir de bien accueillir ceux qui vont prêcher la vérité : l’épître reprend et condamne l’opposition sectaire d’une autorité locale et loue Gaïus, comme coopérant avec la vérité elle même.