Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/160

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

LI[1]

Quant li borjois du regne ont le roi entendu,
Que Landris n’i seroit aidiés ne maintenuz,
Adonc plorent des ieus ; molt furent esperdu.
Landris vint a la porte, que vout entrer la sus :
1335« Portiers, ovre la porte ; beneois soies tu !
« Car a Pepin mon oncle sui a besoing venuz ;
« S’il me voloit aidier, bien me seroit cheü.
— Vos n’i poez entrer », cil li a respondu ;
« Par la foi que vos doi, li rois l’a deffendu »
1340Et quant l’entent Landris, molt en fu irascuz :
Par les cheveus l’aert, si le hurte a .j. mur,
Et l’eüst ja tué, mais .j. seul pou s’estut,
Car Asse et Guinemanz i sont corant venu.
Il escrïent ensemble : « Damoisiaus, que fais tu ? »
1345Or est Landris a val et Pepins [fu] lassus.
Li rois garde a val, s‘a son neveu veü ;
Il le voit bel et gent [et] lonc et parcreü.
« Haï ! biaus sire niés, comme [je] maris sui,
« Quant de moi ne seras aidiez ne secoruz !
1350« Je le jurai Tomile, le maleoit parjur.
(v°)« Or ne sai plus que dire, mais huimain remains tu. »

LII[2]

Or est Landris a val, ça dejus a la porte,
Et voit Pepin son oncle, qui de rien nel conforte ;
Il demoine tel duel, par po qu’il ne s’afole.
1355La nuit s’en va gesir chies Auterme, son oste,
Mais n’i ot rien chanter, ne fait soner viole.

  1. — 1331 de romme, li fois. — 1337 cheüz. — 1341 aert ms. aort ; hurent. — 1343 i, ms. il. — 1351 remains, ms. semans.
  2. — 1353 ne le c. — 1354 qu’il, ms. qui. — 1356 fait, ms. faire.