Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et prisent en lor poins les rois tranchans espiés,
Par mi .i. val s’acoillent corant tous eslaissiés
Dieus en garisse Elie, qui en crois fu drechiés :
2250N’i a cel nel manache de la teste a trenchier.

LXV[1]

Lubien de Baudas se senti a la tere,
Voit Prinsaut l’Aragon qui traine ses resnes :
De .xv. piés pleniers ne pot consentir beste.
Il le pleure et regrete con chevalier honeste :
2255(fol. 92)« Hé ! chevals ravineus, por coi me meus tu guerre ?
Je t’ai soef nori et le crupe coverte,
Et doné a mangier et de[l] fain et de l’erbe :
Or me veus chi [sus] corre por chou que sui a tere !
Ja ne soit mès nus hom qui mès se fit en beste,
2260Se tant non con il l’a et il le tient acertes.
Chevalier, mout es preus, par le loi de ma tere :
Car me ren mon cheval dont je chai, caele,
Por amor Rosamonde, qui t’esgarde as fenestres.
— Sarrasin, » dist Elies, « maldite soit ta geste.
2265Va, si pren ton cheval por amor la pucele :
N’i avras hui mès garde si seras en la sele. »
Il meismes li rent par anbedeus les resnes.
Lubien [i] monta, qu’es archons ne s’areste,
Des plaies qu’il ot grans ne li ramenbre gaires :
2270Or poés vous bien croire diables le governe.
Le main mist a l’espee, fors del feure l’a traite,
Et va ferir Elie par [de] desor son elme,
Qu’il en a abatu et les flors et les perles.
Li brans est trestornés par de devers senestre,
2275Il li trancha les guices et les quirs jusqu’en tere ;
Sel conseust en char, sa fin en eust faite :

  1. — 2273 pieres cf. v. 400