Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Que il troverent mort, si l’ont en terre mis.
Et quant les voit Elies, mout joians en devint :
De la joie qu’il ot fait le ceval saillir ;
685Li destrier s’en repaire contreval le lairis ;
Onques [Dés] ne fist beste qui s’i peust tenir,
Cers ne dains ne aloe, faucons ne esmeril ;
Et revient Ataignant .i. felon Sarrasin :
Cil fu fieus l’amiral qui la guerre mainti(e)nt
690Et frere Rosamonde, c’ainc si bele ne vi.
Elyes laisse corre le destrier u il sist,
Vait ferir le paien devant en l’escu bis,
Le blanc auberc del dos desront et dessarti,
Trestout par mi le cors son boin espiel li mist,
695Enpoin le par vertu, mort l’abati sovin.
A tant evous poignant tout .i. sentier anti
Bertram le preu, le sage, le chevalier hardi :
Sor l’escu de son col va .i. paien ferir,
Que il li a perciet et l’auberc desarti,
700Le ceur qu’il ot el ventre li a en deus parti ;
Enpoin le par vertu, mort l’abati enqui.
Et Bernars le regarde, li vieus quenu flori :
Envieus fu del cop qu’il vit faire son fil,
Ja sera mout dolans se .i. paien n’ochist ;
705Sor les las de son elme va .i. paien ferir :
La teste en fait voler a tout l’elme bruni.
Guillaumes fiert le quart, Hernaut feri le quint,
Et li .xx. chevalier ne sont pas alenti :
Cascuns des .ii. barons ra .ii. paiens ochis.

XXIII[1]

710(fol. 81)Mout fu grant la bataille et li estor campés ;
Dieus, con i fiert Guillaumes, li marcis au cort nés !

    — 706 valer — 709 ra]re