Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Mais les autres nel vaurent endurer ne soufrir
Et prierent a Dieu qui onques ne menti
Que ja mais ne creusse, tous jors fuisse petis,
Se n’eusse de lonc que .iii. piés et demi,
1190Et s’alaisse plus tost que cheval ne ronchin ;
Certes, et je si fac, por voir le vous plevi.
Lors fu morte ma mere et mon pere autressi :
Mi parent m’orent vil por chou qu’ere petis,
Si me vaurent noier en le mer, el grant fil.
1195(c)Cist laron m’acaterent, que trovés avés chi :
Tant m’ont de lor mestier ensengiet et apris
Soussiel nen a chastel, dongon ne roellis,
Ne sor pilers de marbre tant soit palais assis,
Que n’en traie l’avoir, tant parfont i soit mis.
1200Or devenrai vostre hom, si vous vaurai servir. »
Galopin passe avant, son homage li fist,
Et joint [ses] mains petites, as Elie les mist,
Et devint ses hons liges et fiauté li fist.
Il li avra mestier, che quic, ainc mout petit,
1205Que Elies esgarde tout .i. feré chemin,
Et voit venir Ector, .i. felon Sarrasin,
Et Gossé(s) d’Alixandre, Gautier l’amanevi ;
Et quant les voit Elies, s’en a geté .i. ris ;
De che fist il que faus, quant ne daigna fuir.
1210A estal s’aresta droit en mi le chemin ;
Et Hector laisse corre le destrier u il sist,
Et vait ferir Elie devant en l’escu bis ;
Le blanc auberc del dos desront et desarti,
Si que lés le costé le roit espiel li mist ;
1215Et li dui s’eslaisierent au chevalier gentil.
Je que vous cheleroie ? .iiii. plaies i prist,
De toute la menor [en] deust il morir,
Mais Jhesu le garda, qu’en sa garde le mist.
Ains k’eust trait(e) l’espee, i sorvint Galopin,

    — 1188 tout