Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« E pués la ferai batre ceschuns jorns une foi
12010« De coroies tinant trosq’al sange vermoi.
« Nen do ge oncir ma file par un chatis foloi. »
Atant s’asist desor le paille bloi.

DXIX[1]

Quant Soldan s’est asis, en estant se leva
Pelias, qi estoit niés Malqidant, e dit a :
12015« Machomet ce ne dong, q’en loi nos estora,
« Qe honi soit mon oncle por teil gient con voi ca.
« Entendés, roi de Perse, que une feme chaca
« Adan dou Paradis, quant il por li peca.
« Quant le plus sage home c’onque fu ni sera
12020« As dis de une fame engigner se leisa,
« Dun n’est il mereveille se fames engigna
« Lot e Sanson le fort, que une bestosa ;
« Davi e Salomon en lor croir araja.
« De l’ome ne vos di que il bien encontra ;
12025« Je di que tut le mal qu’avient ni avenra,
« La feme en est chief, e ja coupe n’i a ;
« Mais qui lor done oÿe, chier le comperera.
« Por la file le roi le di, que je voi ja
« Qu’est ouvre e comencere d’un mal que devira.
12030« Dehé ait de ma part qi ja l’an blasmera.
234 b« Ele feit ce que doit, e qant autre fera,
« Li seigles ert finis, plus jor non durera.
« Neporqant, se je puis, le non s’en vantera,
« Car maintenant ert arse, son per l’outroiera,
12035« Ne pués le roi, mon oncle, plus nel desamera,
« E no ert mute gere e nus home en mora.

    — 12010 trosqi — 12012 A. sast d.

  1. — 12014 P. qi estoitit — 12015 estoia — 12016 porte il g. ꝯuoica — 12021 merueille — 12022 Lõt — 12024 De elome — 12027 hoye — 12028 ie uoie ia — 12036 e mis home.