Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/208

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

13525In mi le salle funt souner li tanbor ;
Ja estoit soire et traspaisés le jor.
L’eve dounent sergant et servior ;
Pué vont mangier a joie et a baudor.
In cunpaignie le Soudans, son segnor,
13530Et de troi roi que tinrent grant honor
Manjue insanble le niés l’inpereor
En un vaisels dont chier fu le labor.
Et chant il ont soupé a grant loisor,
A le custume dou tans ancïenor,
13535262 aCes estavaus i zitent grant luor ;
A lor ostels s’en vont roi et cuntor.
Soudains apelle Sanson, fils sa usor ;
Livrés li ot Rolant le pugneor ;
Et cil le maine in sa chanbres millor.
13540Tiel sis donçels irunt dormir cun lor,
N’i a zels non tegne ville o zastels o bor.
Le duc chouzent in le lit plus jensor ;
Le dras dou lit et li grant covertor
Non senble pas d’oume que chaufe for ;
13545Bien i poïsent dormir a grant loisor
Vint cevalers de le lois Paienor.
Iluec repouse le duch trusque l’aubor.

DLXXVII[1]

Le soir meiesme, si cun Trepins latine,
Le roi de Perse vait veoir la raïne.
13550Elle et sa fille in sa chanbres perrine
Se sehoient desor une cortine.
Le roi baise l’infant et lui encline,

    — 13525 le saille f. sounir — 13530 que tint g. h. — 13534 Aille — 13535 i manque — 13540 i manque — 13543 doi lit — 13546 delle l. p.