Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/213

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ne ancor non hai heü soulement un salu ;
13670« Il nen soigne de moi : mon espoir ai perdu.
« Sire, feites le moi, char je sui bien de lu.
« Amors, senpres vos ai le mien cors defandu ;
« Hor vos soit qitement et ploiés et rendu ;
« Chant je a vos le bail, haiés merci de lu,
13675« Que non remagne Amor covert sous sun escu. »

DLXXXI[1]

La poncele suspire char Amors la justisse ;
Mais Rolant s’estoit mis in autre convotisse.
Soudan intre in le salle, o fu l’eve requise ;
A disner tuit insanble est cele gant asise.
13680Et chant il ont mangé, le roi fait sa devise.
Un palais fist trover d’une salle terlise :
In cief ot une tors molt belle in strange gise,
L’invers i fait grant chaut et in istez la bise.
La fait mener le fils Bertaine la marchise
13685Et Sanson avec lui, que molt le ame e prise.
Soudan fait comander ch’un la masons fornise
De blee et fain et d’autres garantise.
Tiels dis detrers lor mant, cescuns la sele mise,
Que li pires vausist vint mars jusques en Frise,
13690Et autretant de pieces de pailles de Larise.
Li pers de le citez firent grant jentilise :
Qui fils, qui frer, qui niés li bailent in servise ;
Qui mielz li presenta, le tint grignor franquise.
Molt a bien le niés Karle icele gent aquise ;
13695265 aMais a petit de termens convint que le merise :
Por eus in ovrera proesce et maïstrise.

    — 13673 iplocies (avec c exponctué) — 13675 souson e.

  1. — 13678 saile — 13681 saille t. — 13683 Lins vers — 13684 bertain — 13686 comandr̃s — 13689 nars iusque frise — 13690 de manque — 13693 presente — 13694 Mlmt — 13696 inoura proesces.