Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/353

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


introduit les usages courtois de l’Occident, 13961-13991 ; après la conquête de Jérusalem et la mort de Malcuidant, Roland demande son congé, 14029 ; Sanson désirant l’accompagner en Occident, il appuie sa demande auprès du roi de Perse qui l’accorde, 14062-14103 ; ses recommandations au nouveau roi de Jérusalem Anseïs, mari de Dionés, 14106, dont il fait l’éloge devant ses sujets, 14130 ; résiste aux instances faites pour le retenir et promet de revenir après la conquête de l’Espagne, 14148 ; décidé à n’emmener que Hugues de Blois, Sanson et Aquilant, 14161 ; ses dévotions aux saints lieux de Jérusalem, 14165 ; Aquilant proteste de son attachement pour lui, 14189 ; Hugues de Blois organise le départ, 14118, 14207, 14227, 14240 ; la reine de Perse lui recommande son fils Sanson, 14290 ; embarquement pour la Provence, 14301 ; tempête au seizième jour, 14334, qui les pousse entre l’Espagne et le Maroc, 14359 ; débarquement sur les côtes d’Espagne, 14401 ; marche à travers un pays sauvage, couvert de cadavres, 14430-14495 ; rencontre et combat avec trois brigands, 14496, dont le premier tue Aquilant et est tué par Roland, 14592 ; éloge funèbre d’Aquilant par Roland, 14610, 14625 ; ayant quitté ses compagnons, Roland trouve une église et un ermitage fortifiés, 14657 ; il se fait connaître à l’ermite, 14640, 14690 ; celui-ci le reçoit après le miracle d’une clochette qui sonne toute seule, 14742, l’interroge, 14756, et lui raconte lui-même son histoire, 14799 ; admiration de Roland pour les prouesses de l’ermite contre les Sarrasins, 14921 ; sa demande touchant le terme de sa vie, 14942 ; sa prière pour ses compagnons momentanément seuls, 14950 ; miracle de l’ange qui prend la figure de Roland pour les rassurer, 14975 ; miracle du pain et de la pomme apportés à l’ermite pour Roland, 15080-15107 ; Roland apprend qu’il n’a que sept ans à vivre après la prise de Pampelune et qu’il sera trahi, 15127 ; son émotion, suivie de résignation, à cette nouvelle, 15138-15164 ; il rend les derniers devoirs à l’ermite et rejoint ses compagnons, 15165-15249 ; leur explique le miracle de l’ange, 15305 ; aperçoit enfin le camp de Charlemagne et les murs de Pampelune, 15320 ; rencontré et reconnu par Rainier de Nantes, 15340, qui va précipitamment annoncer son re-