Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

9840« Prendrai ci prés la vie au treit d’un arceor ;
« Entre al palés tes fils el tanple Veneor
« E par deça dariere serunt li arceor.
« Ne dotez par dela e ne aiez paor ;
« Ferai barer l’estree degrant travaus d’albor.
9845« Devisez les trois strees, car la quarte a soudor.

CCCCXXVI[1]

« Sire », dist Dardanus, « hastez vos, si mandez
« Par devers porte Lice a garder Felidés
« O troi cent chevalers, estier les pié-armés. »
Gilares lor comande, es les vos aprestés ;
9850Par une large rue, o mout oit de palés,
139 aChevaucherent ensanble, toz rangié et serés,
E les borjois da pié lor vient d’anbesdeus lés,
A lances et a guivres et a dars enpenés.
De la place se sunt dui arpant eslongnés
9855E verent les François venir tot arengés,
Les ensaignes Rollant, de palie escarterés,
Contre vent baloier, dont mout sont effraés.
Ou la vie est plus stroite e l’entrier plus serés,
Traverserent caretes e grant toniaus cerclés
9860E par derier les ont de grant traviaus barés.
Asez lor ont François crïé, treit et lancés ;
Mais d’arbalestres groses orent Paiens asés,
Nes leisent aprocer, ploisors en ont plaiés.
La oit un grant estor, fiers et desmesurés ;
9865François lor lancerent lor esplié acerés.
Outre lor forterece, ou plus sont amasés,
Felidés les a mout tenuz et confortés.
Les dames et les enfanz de .xiiii. ans pasés

    — 9841 Etre, tauple — 9843 seiũt li a. — 9844 estrea — 9845 trois stres

  1. — 9846 ahastez — 9852 densi les — 9853 A l. et aguines — 9858 uia p. stroit lentrier e p. s. — 9859 T. c. a g. — 9865 eceres — 9866 au plus.