Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

E une porte paine qe descent por aval ;
Aval la leiscent core cele gient criminal.
Cels q’entrez li herent avrent fier batistal,
10235Tut .l. furent retenus par engal.

CCCCXLV[1]

Pris furent li .l. o li quens Hengeler ;
Paiens nes ouserent oncir ne domajer,
Tant dotent cels defors qe bien feit a douter ;
Tolus lor ont les armes, ses ferent bien garder.
10240Cels qi herent la enz vont as crinias monter.
Mout fu fort le palés, ne feit a demander.
S’il heüsent da treire leianz et qe mangier,
Ne l’eüsent, ce cuit, rendus d’un mois enter.
Mais, si come celui qe se voit presoner
10245E qe ne puet ensir fors por merci clamer,
Conseilerent entr’aus de lor vie eslonger.
« Seignor », dist Filidés, « par Diex vos voil proier,
« Ne vos caille a morir, se porois escamper.
« Qe legist tot les feit q’ainc fu de ci arier
10250« De defandre citez, nos devroient loer
« Tant com por bien defandre tres qu’al pont dreoner.
« Soz ciel n’a hom qu’a droit nos in puise blasmer ;
« Encor de nostres ovres canteront menestrer.
« Mais ne peomes plus cist grant fais endurer :
10255« Entrevenuns de peis, sanz plus de resploiter. »
Les autres responderent : « Tot si soit volanter ;
« Al retreitier de peis, soiez nostre avoher,
« Salves avoer et vies et enfanz e moilier. »

    — 10232 por aiual ; paine doit être fautif ; mais comment corriger ?

  1. — 10240 uot as quuas — 10241 Mou fu forte — 10246 Conseileront, lor mees longer — 10252 home — 10253 monester