Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/215

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Feri lo duc par tel descovenue,
Tote li a enz el cors enbatue ;
Deci au cuer a la dolor sentue.
3680De la presse ist et d’aler s’esvertue,
Deci au pin ni a resne tenue,
Delez son pere a la barbe chanue
Chaï pasmez par desor l’erbe drue ;
De la dolor toz li cors li tressue :
3685La mort l’angoisse et destraint et argüe.
Entor lui est la soe jent venue ;
Crient et braient come jent irascue,
Et li frans dus a sa cope batue,
S’a vers lo ciel dreciée sa veüe,
3690D’un provoire a confession eüe,
Puis s’estendi ; l’ame s’en est oissue,
Et li saint anje l’ont prise et receüe ;
Si l’enportent en gloire.

CXXIV[1]

Morz fu Garins au coraje vaillant ;
3695Grant duel en font si baron et sa jent ;
De lor dolor mar ira nus parlant,
Car trop la moinent et orible et pesant,
Quant lez lo pere virent morir l’enfant.
Et la bataille fu merveillose et grant :
3700Li Sajetaire que li cors Deu cravent
A une part sont tret, li soduiant ;
Darz et sajetes tréent si durement,

  1. — 3680 A B Ist de la p. — 3682 A B Jouste Aymeri. — 3685 A B La m. le tient qui fierement l’argüe. — 3686 A B sont l. — 3687-9 omis dans B. — 3689 A Vers le ciel a drecie sa v. — 3692 A B retenue, C Et li ange. — 3693 A B Qui l’aportent, C Et l’e.

  2. CXXIV. — 3695 A B en ont. — 3697 A B Car il la m., C Que trop la font et o. — 3698 A B Delez le p. — 3702 D D’arz de s.