Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
35
ET AUTRES POÉSIES

XXXVIII[1]

Fredet

(fol. 21 v°)
Je regrecte mes dollans jours,
Comme celuy la qui tousjours
Ne fait que desirer sa mort,
Car plus vois avant[2], et plus fort
5Accroissent mes dures doulours,

Quant on me fait d’estranges tours,
Que mille fois le jour en plours
Me fault dire par desconfort :
Je regrecte [mes dollans jours.]

10En vous seul est tout mon recours :
Faictes don plus toust que le cours
Cessier le mal que seuffre a tort,
Ou aultrement je me voy mort,
Et tout pour bien servir Amours,
15Je regrecte [mes dollans jours.]

XXXIX[3]

Fredet

(fol. 22)
Ce n’est que chose acoustumée,
Quant Soussy voy vers moy venir ;

  1. XXXVIII. Publié dans Charles d’Orléans, II, 186.
  2. Ch. d’O. avant vois.
  3. XXXIX. Publié dans Charles d’Orléans, II, 175.