Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/83

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
11
ET AUTRES POÉSIES

Mès qui n’en fera le tractié,
Je les juge[1] mors, se m’ait Dieux.

5Car très soudains tirent[2] mortieux,
Don sur[3] ma foy j’ay grant pitié ;
J’ay veu [le debat de voz yeux,
Au moins bien près que la moitié.

Faictes pais entre vous y eulx[4] :
10Guerre ne vault pas amitié ;
Qui ara tort[5], soit chatié :
Je le conseille pour le mieulx.
J’ay veu [le debat de voz yeux,
Au moins bien près que la moitié ;
15Mès qui n’en fera le tractié,
Je les juge mors, se m’ait Dieux.]

XIII

Vaillant


Vostre grief mal si est le mien,
M’amour et ma seulle esperance,
Et crés que vostre desplaisance
Ne me laisse plaisir ne bien.

5En regardant vostre maintien,
Mon povre cueur a sans doubtance
Vostre grief [mal.]

  1. mains bien pres de la ; ms. fr. 2230 Seullement jusques a la.

  2. Ms. fr. 9223 jugie.
  3. Ms. fr. 9233 tire.
  4. Ms. fr. 2230 sus.
  5. Ms. fr. 1719 vos deux yeulx.
  6. Ms. fr. 9223 trop.