Page:Anthologie japonaise, poésies anciennes et modernes.djvu/159

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
99
ZAK-KA


EN REGARDANT LA LUNE

𛁭


𛂁

ヽ゛

𛂋
𛂁



Tôku hedatete sora utsi-nagame,
Tsǔki-ga kagami-ni nareba yoï[1]


Séparée, loin de toi, je contemple la voûte céleste. Qu’il serait charmant, pour moi, si la lune devenait un miroir[2] !

  1. Si-ka-zen-yô, p. 40.
  2. Cette pièce a été imitée de la manière suivante :

    En ce morne séjour, loin de ma douce amie,
    Je cherche dans les cieux son image chérie.
    Lune, astre des amants, que ton disque argenté,
    Comme un riant miroir, reflète sa beauté !

    On trouve une pensée analogue à celle qui préside a cette ode japo-