Page:Apollinaire - Alcools.djvu/39

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHANTRE


Et l’unique cordeau des trompettes marines