Page:Apollinaire - Les Onze mille verges, 1911.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
64
LES ONZE MILLE VERGES

Les quatre personnages s’étaient affalés. Étendue sur la couchette, Estelle grinçait des dents et donnait des coups de poings de tous côtés en agitant les jambes. Cornabœux pissait par la portière. Mony essayait de retirer son vit du con de Mariette. Mais il n’y avait pas moyen. Le corps de la soubrette ne remuait plus.

— Laisse-moi sortir, lui disait Mony, et il la caressait, puis il lui pinça les fesses, la mordit, mais rien n’y fît.

— Viens lui écarter les cuisses, elle est évanouie ! dit Mony à Cornabœux.

C’est avec une grande peine que Mony put arriver à sortir son vit du con qui s’était effroyablement serré. Ils essayèrent ensuite de faire revenir Mariette, mais rien n’y fit : « Merde ! elle a crampsé », déclara Cornabœux. Et c’était vrai, Mariette était morte étranglée par les jambes de sa maîtresse, elle était morte, irrémédiablement morte.

— Nous sommes frais ! dit Mony. »

— C’est cette salope qui est cause de tout, déclara Cornabœux en désignant Estelle qui commençait à se calmer. Et prenant une