Page:Appia - L’Œuvre d’art vivant, 1921.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


À EMILE JAQUES DALCROZE

l’ami fidèle auquel je dois d’avoir une patrie esthétique

ADOLPHE APPIA