Page:Approvisionnemens de St. Domingue.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


lî! xm [ " ] ^ _ à 30 on 36 liv. de l'Amérique. C'eft le prix ordinaire qu'il fe vend dans les ports de St. Domingue. Ainfî la nourriture dont la préparation eft la plus ^ fîmple 5 qui doit être. la plus faine & la plus conve-- nable 5puifque la Nature , cette bonne confeillere ^ Ta donnée aux pays chauds ( i) , eft prefque en tout tems au même prix qu'en France. Les 2î 5,000 Nègres qui exploitent les fucreries, cotonneries & indigotteries , à la moyenne exagérée d'un baril de farine par 1 5 Nègres , confommenc par an 1 4, 3 3 3 barils de farine. Il refte ic),6^i (1) gens de couleur libres. Ces gens de couleur , à la réferve d'un petit nom- bre qui eft aifé & qui demeure dans les villes , fe nourriflent tous de vivres du pays. Leurs goûts, leurs habitudes les attachent à cette nourriture faine qu'on, ne pourroit pas aifément leur faire quitter. Ces habi- tudes font un des regrets qu'ils éprouvent quand ils- font hors de leur patrie. Néanmoins nous voulons forcer les élémens de nos calculs, & nous eftimerons. (i) Les Nègres de la Côte-d'Or, qui {ont les plus robufîes ^e l'Afrique, fe nourriflent principalement de riz. (t) L'État de la population de St. Domingue en 178^ , ne donne que 16,99% gens de couleur libres. Nous avons pré- féré TÊtatde l'année 1787 ^ui donne 19,63 2 gens de couleur libres , parce que nous voulons éviter le reproche d'avoir at- ténué les bafcs de nos calculs. 11; I