Page:Arène - Friquettes et friquets, 1897.djvu/122

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
108
FRIQUETTES ET FRIQUETS

bre pauvre et gaie où filtrait la lumière, les outils accrochés, les pots de réséda, et, dans le nimbe d’or que lui faisait le contre-jour, Liline accoudée sur son oreiller, attentive.

Je veux l’embrasser :

— Chut ! Écoute !…

Des voitures roulaient déjà ; et, dans les mansardes d’alentour, quelques linots captifs chantaient.

— Écoute ! répéta Liline.

De la rue, une voix monta, une voix d’enfant claire et grêle : « Mouron pour les petits oiseaux !… »

Et, soudain illuminée d’un noble orgueil, Liline me dit à l’oreille :

— Le marchand de mouron, c’est mon petit frère ; tu vois que je ne me vantais pas !