Page:Arène - Friquettes et friquets, 1897.djvu/148

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
134
FRIQUETTES ET FRIQUETS

sentir, pour quelqu’un qui vous aimerait, tantôt le printemps, tantôt l’automne ?… »

Il se rappela surtout, certain soir, une larme de corail perlant, au défaut de l’épaule, sous la piqûre d’une épine emmêlée dans les dentelles du peignoir…

Et, le cœur étreint, à ce souvenir, d’une sorte de doux remords nuancé de quelque espérance :

— Alors, quand rapporterez-vous son linge à madame Lucinde ?

— Demain, dès le petit matin, aussitôt que pointera l’aube.

— Et vous pourriez me prendre avec vous ?

— Pourquoi pas ? Brusquette est solide, et sur le charreton il y a place pour deux. Mais vous êtes donc de Paris et vous connaissiez la cousine pour avoir ainsi, tout de suite, et si bien, deviné son nom ?