Page:Archives israelites 13.djvu/502

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


498· ncmvxs que la loi mosaïque u’est pas hostile aux autres nations, qu'elle est avant tout une loi d’amour et de charité. ll ne cessait de prier pour la France, pour son bonheur et sa gloire, et l`émotion, trahie par ses paroles, prouvait toute la ferveur de ses prières! Marchand Enuery était aimé, adoré de tous ceux qui l’avaient connu. Et pourquoi ne l‘eùt-il pas été! il n’a jamais fait de mal à personnel- Il était aimé et vénéré de ses collègues, qui avaient pour lui, au comité, au consistoire de Paris et au consistoire cen- tral, le respect, la vénération que commandent la vertu, le taleng et la conviction! Quel homme était mieux fait que lui pour être appelé à devenir le patriarche de la synagogue française! - Les suffrages furent unauhhes; tous ses coreligionnaires de Paris et de la province, toussélt collègues de France Paccompagnèrent de leurs vœux, et demzifiidèrent pour lui une distinction qu’il méritait à si juste titre.‘ ' Mai; hélas} vous ne deviez pas longtemps, homme juste, oc- cnperpe poste Qevé que vous aïiez si ardenjment désirïnon pas i pour y tre intérêt, mais pouij_l’_ptérêt de iaîreligicn l , 'ous qui ' aviez Éjà tanîsoulfert, vous deviez soutlriifwencore et disparaître au m _eu de ces soutïrancesl :_ `tg ll y..ti deux ans, sur la demande de ses hollègues et pour ré- compeiiser une vie si belle, le Éltef de lTQtat l‘avait décoré de cette étoile qui brille sur la poitriiie des hopuimes qui se sont ren- dus utiles à leur patrie. Nul ne favait jamais méritée plus que lui, et jamais elle n’avait été attachée à une poitrine plus frau- çaise! Mais, à peine l’avez-vous portée! — Cette mort qui nous en- lève notre maître, chers frères, il en porte depuis trois ans le germe dans le cœur. Depuis trois ans, le juste soull`re, et jamais un murmure, jamais une plainte! Grand Dieu, tu lui avais demandé son épouse, et il te l'a don- née ! — tu lui avais demandé son fils, son fils unique, et il te l‘a • donné! - Pourquoi donc , Seigneur, cela ne te suffisait- il past — Tu l’as ravi, lui aussi, à notre amour! - et je cherche celui que mou âme a tant aimé, je le cherche, et je ne le trouve plusl tu n’a pu voulu que le juste restât plus longtemps au milieu de

L