Page:Archives israelites 13.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


rsnsnirxs. 61 s’élève naturellement avec les objets qui l'occupent; de l’autre, les intérêts généraux de nos coreligionnaires ne peuvent que ga~ gnerà être traités plus mûrement, moins compendieusement, et l’extension du champ offert ici aux méditations de nos penseurs, ne peut que les attirer davantage. _ _ Nous n’avons donc point hésité devant un modification de pure forme qui, en laissant à nos lecteurs tout Péquivalent matériel de ce que .nous leur avons donné jusqu’à ce jour, accroît notre liberté morale et rend plus aisé, en présence des exigences de la situation générale, notre métier de journaliste : nous nous ré- servons d‘ailleurs, chaque fois qu`une circonstance grave l’exi- gera, de publier des numéros supplémentaires; nous prouverons ainsi à nos lecteurs que notre attention est toujours éveillée sur ` ce qui les touche, et que nous réclamons plutôt le droit d’être plus complets que celui de paraître moins fréquemment Dans cette organisation, nouvelle ou plutôt renouvelée, nous espérons faire autant de prosélytes que nous y avons réussi aux premiers jours de cette publication, déjà ancienne ; nos preuves sont faites 2 ceux qui nous lisent savent que ce n'est point vanité oujactance , quand nous rappelons la part que nous avons prise aux all`aires israélites de ces treize dernières années, et le peu de bien que nous avons pu opérer, bien moins dû encore à nos pr0· pres efforts qu‘à ceux des hommes désintéressés qui n‘ont cessé de marcher dans nos rangs; si doncil nous arrive, par intervalle, de rappeler les institutions qui se sont crées ou améliorées dans le Judaïsme, au contact de notre publicité, les innovations utiles, qu‘à force de les recommander nous avons contribué ai faire passer dansles faits, les lumières qu’il est arrivé à plusieurs de nos colla- borateurs de répandre surdivers point de notre histoire et sur celle de nos usages, si nous le faisons, ce n'est pas tant dans une mes- - quine et étroite pensée de vanité, que les lions de la critique (comme on dit dans certains bas fonds de la presse, où nous rou- girions de descendre), pourraient relever, c’est moins encore pour justifier les marques nombreuses et les témoignages visibles de ' sympathie, que nos coreligionnaires nous ont accordés ici et ail- i leurs: non, toute autre est notre intention, toute autre notre l ambition : nous voulons simplement montrèr quels services — . Digitized ny Google