Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 1.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nous avons suivi, sans interruption, toutes les opérations d’Ogé et de Chavanne dans le Nord, jusqu’à leur mort. Nous avons dit que le premier écrivit aux hommes de couleur du Mirebalais et à ceux du Port-au-Prince, et que les uns et les autres lui répondirent, ne partageant pas son opinion sur l’opportunité d’une prise d’armes dans le moment.

Mais ceux de l’Artibonite formèrent un rassemblement aux Vérettes, contre lequel Mauduit fut envoyé par le comte de Peinier, avec un détachement du régiment du Port-au-Prince. Le système de ménagement qu’ils employaient alors envers cette classe, les porta à user de persuasion pour dissiper ce rassemblement, plutôt que de remploi des armes.

En même temps, ceux de quelques paroisses du Sud se réunirent sur l’habitation Prou, à la Ravine-Sèche, dans la plaine des Cayes : ils y formèrent un camp sous les ordres d’André Rigaud, l’un des mulâtres qui, comme J.-B. Chavanne, avaient fait la campagne de Savannah. Rigaud avait pour ses lieutenans Faubert, J. Boury, Hyacinthe et Guillaume Bleck, Rémarais et N. Rollin, et comptait dans sa petite armée environ 500 hommes. Destiné à devenir le plus grand personnage militaire parmi les hommes de couleur, il débuta dans cette carrière en repoussant les blancs des Cayes, qui marchèrent contre le camp Prou après avoir arboré le drapeau rouge : ils abandonnèrent, en fuyant, leurs canons et leurs munitions.

Cette affaire se passait au mois de novembre, au moment même où Ogé venait d’être vaincu. Si ce dernier avait pu se maintenir seulement quelques jours, il està présumer que sa résistance et le succès de Rigaud