Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 1.djvu/233

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


privilégiés des habitans blancs, nés et élevés dans leur famille ; quelques-uns même avaient eu l’avantage d’apprendre à lire et à écrire, avantage que leurs précepteurs firent servir à les rendre plus méchans ; car ils les choisissaient pour propager ces principes, qui conduiront toujours au renversement de tout gouvernement et de tout ordre[1]. »

Enfin, une dernière version attribue encore l’insurrection des esclaves au parti contre-révolutionnaire du Cap, opposé à la nouvelle assemblée coloniale qui venait pour y siéger, et dont les membres étaient en grand nombre, comme nous l’avons dit, de l’ancienne assemblée de Saint-Marc, à laquelle ce parti avait déjà résisté.

Nous transcrivons ici un extrait des œuvres inédites de Céligny Ardouin, sur cette version présentée sous un nouveau jour, parce que l’auteur a reçu ces renseignemens de l’un des anciens soldats de la troupe des noirs insurgés, qui résidait à Santo-Domingo et qui avait toujours été au service du roi d’Espagne.


« L’assemblée coloniale réunie à Léogane, dit Céligny Ardouin, ayant résolu sa translation au Cap, l’insurrection des esclaves y fut organisée et provoquée. Un homme fameux dans nos fastes révolutionnaires, un chef illustre qui manqua sa destinée par sa trop fatale condescendance envers les colons, Toussaint Breda, depuis Toussaint Louverture (a)[2], fut le premier esclave mis en rap-

  1. Préface de l’auteur, pages 28 et 29.
  2. (a) Différentes versions existent sur la cause de ce changement de nom. Un fait à constater, c’est qu’il existe des documents signés par Toussaint, les uns Toussaint Breda, les autres Toussaint Louverture. On a prétendu que c’est après la prise du Dondon, parce que Polvérel aurait dit : — Cet homme fait