Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 1.djvu/367

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


décret de l’assemblée nationale législative, du 28 mars dernier, sanctionné par le roi le 4 avril suivant, elle s’abstient de prononcer sur l’état politique des hommes de couleur et nègres libres, et qu’elle reconnaît la nécessité de se soumettre à la volonté de l’assemblée nationale et du roi, lorsqu’elle lui sera manifestée. Enfin, l’assemblée, en ordonnant la publication de cette déclaration, invite le gouverneur général à faire une proclamation pour ordonner aux hommes de couleur et nègres libres de rentrer dans l’ordre et de se réunir aux blancs dans leurs paroisses respectives, pour faire cesser la révolte des esclaves.


On sent tout ce qu’il y avait de contraint dans cette impudente déclaration. La morgue coloniale rongeait le frein qui lui était imposé. Il lui fallait céder à l’empire des circonstances : elle le fît de mauvaise grâce, elle le fît avec insolence.

Le 28 mai, un aviso arriva au Cap, porteur de la loi du 4 avril, avec des lettres du ministre de la marine qui enjoignaient à Blanchelande et aux commissaires civils, de procéder de suite à l’exécution de cette loi, en tout ce qui n’était pas expressément réservé à l’action des nouveaux commissaires civils. L’empressement mis à faire ordonner cette exécution provisoire indique la présence dans le gouvernement de quelques Amis des noirs.

Le 29, Roume se rendit dans le sein de l’assemblée coloniale, de l’assemblée provinciale du Nord et de la municipalité du Cap, et requit l’enregistrement de la loi. Mais, fidèle à l’esprit de conciliation qu’il montra constamment dans le cours de cette mission, il eut la condescendance de supprimer, dans lacté de publication et sur les instances de l’assemblée coloniale, la date de l’an IVº de la liberté que portait la loi, afin de ne pas augmenter les prétentions des esclaves insurgés.