Page:Aristide Michel Perrot - Collection historique des ordres de chevalerie civils et militaires (1820).djvu/157

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(63)

ORDRE DE MAXIMILIEN-JOSEPH.


JUSQU’EN 1805, il n’existait, pour les militaires bavarois, qu’une décoration d’honneur ; mais lorsque la Bavière fut élevée au rang de royaume en 1806, le roi Màximilien-Joseph fit de cette décoration un ordre du mérite militaire, pour récompenser les militaires de tous grades et de toutes armes, sans égard à la naissance, à la religion ni au rang. Cet ordre est réservé pour les actions d’éclat qui prouvent à la fois des lumières, de la présence d’esprit, de la bravoure, et qu’on a entreprises de son propre mouvement et au péril de sa vie. Le chapitre de l’ordre examine les droits des candidats, et les présente au Roi, qui décide. Le nombre des membres est illimité ; il se compose de grands-croix, de commandeurs et de chevaliers. Pour être admis dans la première classe, il faut être général.
Les militaires qui avaient l’ancienne décoration et qui n’ont pu être admis dans l’ordre, sont chevaliers d’honneur. Les six plus anciens grands-croix jouissent d’une pension de quinze cents florins ( 3,885 francs) ; les huit plus anciens commandeurs, de cinq cents florins ( 1,295 fr.) ; et les cinquante plus anciens chevaliers, de trois cents florins (777 fr.). Les membres de l’ordre cessent de jouir de leur pension lorsqu’ils se retirent du service.