Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/253

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



STREPSIADÈS.

Ce que je fais ? Mais rien qu’un dialogue subtil avec les poutres de la maison.


DEUXIÈME DISCIPLE.

Malheur à moi ! Qui met le feu à notre maison ?


STREPSIADÈS.

Celui à qui vous avez pris son manteau.


DEUXIÈME DISCIPLE.

Tu nous tues, tu nous tues !


STREPSIADÈS.

C’est justement ce que je veux, pourvu que la hache ne trahisse pas mes espérances, et qu’auparavant je ne me casse pas le cou, en tombant.


SOKRATÈS.

Hé ! l’homme ! Qu’est-ce que tu fais donc réellement, toi qui es sur le toit ?


STREPSIADÈS.

Je marche dans les airs, et je contemple le soleil.


SOKRATÈS.

Malheur à moi ! Je vais misérablement étouffer !


KHÆRÉPHÔN.

Et moi infortuné, j’ai l’infortune d’être rôti !