Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pas n’importe où, bec ouvert : c’est une habitude malséante. Chez nous quand il y a des gens volages, on dit : « Quel est cet oiseau ? » Et Téléas répond : « C’est un homme sans équilibre, un oiseau qui vole, un être inconsidéré, qui ne saurait jamais rester en place. »


LA HUPPE.

Par Dionysos ! tes railleries portent juste. Que pourrions-nous donc faire ?


PISTHÉTÆROS.

Bâtissez une ville.


LA HUPPE.

Et quelle ville bâtirions-nous, nous autres oiseaux ?


PISTHÉTÆROS.

Vrai ? Oh ! la sotte parole lâchée ! Regarde en bas.


LA HUPPE.

Je regarde.


PISTHÉTÆROS.

Tourne le cou.


LA HUPPE.

De par Zeus ! quelle jouissance, si je me déboîte la tête !


PISTHÉTÆROS.

As-tu vu quelque chose ?


LA HUPPE.

Oui, les nuages et le ciel.