Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1047

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


y aide pas ; mais, néanmoins, on en sera beaucoup meilleur, par suite de cette noble résolution.


CHAPITRE XI.

§ 1. Après avoir démontré que la vertu dépend de nous, il est nécessaire de traiter du libre arbitre, et d’expliquer ce qu’est l’acte. libre et volontaire ; car en fait de vertu, c’est le volontaire et libre arbitre qui est le point vraiment essentiel. le mot de volontaire désigne, absolument parlant, tout ce que nous faisons sans y être contraints par une nécessité quelconque. Mais cette définition exige peut-être qu’on l’éclaircisse par des explications.

§ 2. Le mobile qui nous fait agir, c’est d’une manière toute générale, l’appétit. On peut distinguer trois espèces d’appétits : le désir, la colère, la volonté. Recherchons, en