Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1134

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


130 LA GRANDE MORALE.

ment absurde. § 9. Faisons encore cette même hypothèse; et supposons toujours que cet homme s'égare en usant de sa raison, qui lui fait croire que le bien n'est pas le bien, et qu'en même temps sa passion le conduise également à bien faire. Or, la tempérance consiste, tout en ressen- tant des passions et des désirs, à y résister par raison. Ainsi donc, cet homme qai sera trompé par sa raison, sera empêché de faire ce que sa passion désire ; et par conséquent, il sera empêché de faire le bien, puisque c'est au bien que le conduisait sa passion. Mais celui qui ne sait pas faire le bien dans le cas où il est de son devoir de le faire, est blâmable. Donc, l'homme tempérant sera quelquefois digne de blâme. Cette seconde conséquence est aussi absurde que l'autre.

§ 10. Une autre question, c'est de rechercher s'il peut y avoir intempérance, et si l'on peut être intempérant, dans l'usage de toutes les espèces de choses et dans la re- recherche de toutes choses : si on est intempérant, par exemple, en fait de richesse, d'honneur, de colère, de gloire, toutes choses où les hommes semblent se montrer intempérants. Ou bien, l'intempérance ne s' applique-t- elle qu'à un ordre spécial de choses?

Voilà bien des questions qui peuvent faire doute; et il faut nécessairement les résoudre.

§ 11. D'abord, discutons la question qui concerne la

��§ 9, Cette conséquence est aussi § 10. Une autre question. Celle-ci

absurde. Même remarque. Il estévi- est plus sérieuse, et elle mérite qu'on

dent que ces hypothèses tout arbi- la discute. Voir la Morale à Nico-

traires n'avancent pas la solution de maque, livre VII, ch. 6, § et 7.

la question; et ce n'était pas la peine § H. La question qui concerne lu

de les admettre. science. Voir un peu plus haut, S /i.

�� �