Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


168

��LA GRANDE MORALE.

��restent des biens, et qui n'est pas corrompu par eux, comme les hommes le sont trop souvent par la richesse et par le pouvoir.

��CHAPITRE Xn.

��Retour sur quelques théories antérieures. Définition nouvelle de la droite raison. — La règle des passions, c'est qu'elles con- courent à l'activité de la raison, loin d'y faire obstacle. — La science morale, non plus qu'aucune autre science, n'assure la possession directe de son objet propre. Elle donne seulement la faculté de se le procurer ; et l'objet de la science morale, c'est le bonheur, qui dépend essentiellement de l'usage personnel qu'on fait des choses.

��§ 1. On a déjà vu plus haut ce que c'est qu'agir confor- mément aux vertus; mais cette théorie n'a pas été suffi- samment développée. En effet, nous avons dit que c'est se conduire suivant la droite raison; mais il est possible que, ne sachant pas au juste ce qu'on doit entendre par là, on demande ce que c'est que de se conformer à la droite raison, et en quoi consiste la droite raison qu'on recom-

��Ch. XIJ, Rien de correspondant ni dans la Morale à Nicomaquc, ni dans la Morale ù Eudèmr.

§ 1. On a déjà vu plus haut. Voir livre I, ch. 5, § 2, el suivants. — Cl tic théorie n'apos ctc sufjisamwciit

��dcveloppce. Ceci est une sqile d'ex- cnse pour cette digression et ce hors d'œuvre. — ISous avoua dit. Voir plus haut, livre I, ch. 32, § 3, et les notes sur ce dernier passage. Voir la morale à \iconiaque, liv. VI, chap. 7.

�� �