Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


202 LA GRANDE MORALE.

��CHAPITRE XIX.

Des procédés qu'on doit observer à l'égard d'un ami, quand on a quelques reproches à lui faire. Il y a des liaisons où les repro- ches et les plaintes ne sont pas possibles : ce sont celles où l'un des deux est inférieur à l'autre. Traité inachevé.

§ 1. Maintenant, il convient de rechercher comment il faut se conduire avec un ami dont on croit avoir à se plaindre. Cette étude, je le sais, ne peut pas s'appliquer à toutes les amitiés sans exception ; mais elle peut être utile dans les liaisons où les amis ont à s'adresser des ré- criminations. On ne se querelle pas également dans tous les rapports d'affection; et, par exemple, il ne peut y avoir du père au fils des reproches, comme il y en a dans certaines autres liaisons, comme vous pouvez m'en faire, comme je puis vous en faire à mon tour ; ou autrement, ce seraient des reproches affreux, g 2. L'égalité ne doit pas exister entre des amis inégaux. Mais l'amitié, l'affec- tion entre père et fils est inégale, comme celle de la femme au mari, de l'esclave au maître, et en général de l'inférieur au supérieur. Entr'eux, il n'y aura donc pas lieu à ces reproches dont nous parlons ici. Mais entre des

Ch. XIX. Morale à Nicomaque, J'ai conservé le motd'a amitiés »,

livre IX, ch. 3; Morale ù Eudèine, pour ne pas trop m'écarler de l'ori-

pas de tliéorie correspondante. ginal.

%\. A toutes les amitiés. On\>\\\lô\.\ § 2. L'amitié, Caffcetion. J'ai

« à toutes les relations d'aUection ». ajouté ce dernier mot pour étendre

�� �